Le Pôle Grenoble Cognition lance chaque année (janvier-février) un appel à projets afin de soutenir 4 types d'actions :
- l'organisation de colloques, de workshops ou d'ateliers
- des études ou projets collaboratifs
- de nouvelles thèses co-encadrées inter-laboratoires
- de nouveaux projets de master co-encadrés inter-laboratoires ou l’accueil de stages du CogMaster de Paris.
Pour être éligible, une demande de soutien doit s'inscrire dans la discipline des sciences cognitives, doit émaner d’au moins deux équipes de deux laboratoires et doit s’inscrire dans la mise en œuvre d’une démarche collaborative interdisciplinaire en sciences cognitives.

 

Les études et projets menés par les unités constituantes du Pôle et soutenus par le Pôle peuvent se répartir selon deux grands domaines des Sciences Cognitives :

 

Du corps à l'humain : Cognition Neurosciences Santé

La cognition dans les contraintes et les demandes du corps, dans les architectures et les potentialités du cerveau. La cognition interrogée « in vivo », en analysant le comportement humain par les outils de la psychologie expérimentale et des neurosciences fonctionnelles, et modélisée « in silico » par l’outil informatique. C’est là que sont étudiées certaines fonctions de base de l’esprit humain (perception, action, mémoire, apprentissage) et leurs possibles dysfonctionnements. Le domaine d’application par excellence est celui de la santé, sous divers aspects : handicap, vieillissement, pathologies, mais aussi outils de remédiation, prothèses, interfaces…

. Plasticité, suppléances, technologies cognitives pour la santé et le handicap
. Développement, vieillissement, différences inter-individuelles
. Perturbation des facultés cognitives : psychiatrie et psychopathologie cognitives
. Perception, action, apprentissage, rééducation, remédiation
. Interactions cerveau-machine et cerveau-cerveau
. Imagerie fonctionnelle et clinique (IRMf, EEG/IMEG), modélisation computationnelle

 

De l’humain à la machine : Cognition Communication Interaction

La cognition dans les mécanismes de l’interaction entre agents intelligents, réels ou virtuels. La cognition située dans ses environnements naturels ou technologiques, étudiée « in situ », dans l’observation de la multiplicité des interactions humaines, en combinant les méthodes des sciences humaines et sociales et les outils et technologies des sciences de l’information. C’est dans ce creuset d’interaction que se fondent les capacités humaines de langage et de dialogue, et que s’élaborent les nouvelles technologies de communication qui augmentent constamment les capacités humaines.
Les domaines d’application en découlent tout naturellement : éducation, technologies cognitives, systèmes socio-techniques, usages et ergonomie.


. Langage et dialogue

. Mémoire, conscience, attention, émotions
. Phénomènes collectifs, cognition sociale, médiation
. Education, neuro-éducation, environnements informatiques pour l’apprentissage humain
. Robotique, perception artificielle, systèmes et dispositifs sociotechniques
. Créativité, réalité virtuelle, immersion